Affaire Dominici, par le juge Carrias

 

Voici un témoignage très intéressant concernant les activités de Sir Jack,
reçu par e-mail en octobre 2003

 

12. - Sir Jack Drummond.

par Bruce McNair

 

 

Mon père, maintenant décédé, a travaillé avec Sir Jack pendant la deuxième guerre. Étant enfant, j'ai joué avec Elizabeth Drummond qui était âgée de deux ou trois ans de moins que moi. Mon père était un scientifique, comme Sir Jack. Il parlait peu de l'affaire Drummond. Ils ont tous les deux travaillé avec les services de renseignements britanniques. Si j'ai bien compris, ce n'était pas un travail à plein temps. Tous les deux étaient appelés de temps à l'autre pour lire des articles scientifiques publiés en langue allemande, dont l'accès était plus ou moins libre même pendant cette période. Sir Jack et mon père lisaient l'allemand technique dans leurs domaines respectifs. Il y avait un tout petit coté "espionnage" car ils suivaient les publications de certains scientifiques allemands. C'est en faisant lire tout ce qui était publié que les Britanniques ont appris (mais pas par Sir Jack ni par mon père) que des savants allemands susceptibles de travailler sur l'arme atomique, avaient cessé toute publication. C'était anormal pour des universitaires, et les Britanniques ont compris que ces scientifiques travaillaient probablement sous le strict contrôle du gouvernement allemand. Mais ni Sir Jack, ni mon père n'étaient essentiels à l'Intelligence britannique, et comme des milliers d'autres collaborateurs de Military Intelligence, ils n'ont plus eu de rapports avec les services secrets après 1945. Mon père a toujours considéré que les Drummond avaient été tués par les Dominici, mais pas forcement par Gaston.

 

La thèse des "Services Secrets" commence probablement avec un organisme donc j'ai oublié le nom, "Ministère de la Guerre Economique" je pense. Mon père et Sir Jack, y ont travaillé. Ce Ministère était chargé de renseignements. Je dis bien "renseignements" car ils n'étaient pas des espions. Ils présentaient des faits au gouvernement, par exemple que la G-B avait 250.000 matelots dans la marine marchande, ou 1.250.000 cheminots. Je crois me rappeler que Sir Jack avait des responsabilités sur les calculs du nombre de calories nécessaires par personne et par jour, pour différentes catégories d'ouvriers, et aussi pour l'armée. Mon père m'a dit que c'était incroyable, le nombre de publications scientifiques allemandes en pleine guerre. Les renseignements britanniques faisaient lire ces publications par des savants qui, en plus de leur métier de base, connaissaient l'allemand technique. Il devait y avoir des milliers des telles personnes, qui faisaient du renseignements à la demande. Je n'en suis pas sûr, mais il me semble que Sir Jack était biologiste. De toute façon, ses publications doivent toujours exister.

 

Jack Cecil Drummond, 1891-1952
1912: Licence ès Science.
1913-1919: Cancer Research Institute.
1918: Doctorat.
1922-1945, chaire de professeur de biochimie, University College of London.
Expert scientifique, Ministry of Food (nourriture) pendant 2me guerre.
Fait Chevalier en 1944.
1946: Directeur de Recherche, Boots Pure Drug Co. Boots avaient deux cordes à leur arc : fabrication de produits de pharmacie, et une chaîne d'officines de pharmacie. Ils n'étaient pas à la pointe en matière de recherche ou de fabrication et peut-être avait "débauché" Sir Jack avec rémunération conséquente. Ils étaient cotés en bourse, et existent toujours. Je pense, sans en être sûr, que Sir Jack était toujours directeur chez Boots au moment de sa mort. Donc une visite à une boite chimique française n'est pas impossible.

 

 

Retour page d'introduction